Requiem de Karl Jenkins
Centre de Pratique Musicale de Thônes
Navigation
 ▶ Archives / Presse  ▶ « Vocales » & « Saisons  ▶ « Vocales » 2010  ▶ Requiem de Karl Jenkins
chapeau & descriptif
Corps de l'article

DL du 20/05/2010

Derrière les Vocales, les Cantathônes.

Sans les Cantathônes, le festival des Vocales n’existerait pas. Depuis 1999,l’ensemble vocal de Thônes, dirigé par Martial Renard, a accompagné et grandi avec « son » festival. Pour la 12e édition (du 22 au 29 mai), revêtus de leur gilet rouge, ils seront partout.
Soldats d’une organisation sans faille, riches d’une expérience de dix ans, ils laisseront une fois de plus aux visiteurs et aux musiciens, le souvenir d’un festival convivial, mais de qualité. Organisateurs des Vocales, les 80 choristes des Cantathônes en sont également les artistes. Ils réalisent, chaque année, le concert d’ouverture. Cette année, il est programmé le samedi 22 mai à 20 h 30 en l’église de Thônes.
Les Cantathônes accompagnés par l’Orchestre Symphonique des Alpes interpréteront un requiem de Karl Jenkis, une œuvre majeure où le compositeur a mélangé les voix monastiques des hommes, le rythme lancinant du hip-hop, le Skakuhachi et les percussions. Cette œuvre exigeante a été une nouvelle aventure pour les Cantathônes qui s’affirment d’année en année, comme un ensemble vocal de grande qualité.
Un groupe, dont les références sont déjà nombreuses avec en point d’orgue, la participation en 2007 à Dogora, l’œuvre musicale d’Etienne Perruchon. Une aventure non close aujourd’hui encore, puisque les Cantathônes, grâce à Dogora, participeront du 5 au 8 août aux « Choralies » de Vaison-la-Romaine.
L’ensemble vocal de Thônes a également été choisi pour animer les festivités liées au 150e anniversaire du rattachement de la Savoie à la France, avec un concert à Thônon (le 12 luin) et un autre sur le Pâquier à Annecy (le 18 juin). Une année 2010, où Cantathônes ne rime pas avec monotone.

Jean-Paul CHAVAS

DL (24/05/2010

Un requiem magistral a ouvert les Vocales

Excellent, merveilleux, exceptionnel, le public ne trouvait pas de mots assez forts à la sortie du concert d’ouverture des Vocales pour qualifier la qualité de l’interprétation de ce difficile Requiem en latin de Karl Jenkins. Sous la direction de l’emblématique chef Martial Renard, l’Orchestre symphonique des Alpes et les 80 voix de l’Ensemble vocal de Thônes « Cantathônes » ont montré le fruit d’un travail quasi titanesque pour arriver à une perfection dont la nef de l’église Saint Maurice se souviendra longtemps. Les solistes, Marie Lachat à la harpe, Alexandre Renard soprano enfant, Sophie Marchand soprano, Marius Abitbol et Jean-François Lagrost au surprenant Shakuhachi (flûte japonaise) ont renforcé la note de mystère dans cette œuvre où se mélangent les voix monastiques des hommes, le rythme lancinant du hip hop et les percussions. Au moment de la sonnerie du glas dans le plus grand recueillement, les cloches de l’église venaient en écho pour annoncer la 22e heure de la journée.

Jean-Paul CHAVAS

Présentation

Couverture partition requiem K. Jenkins
Karl Jenkins (1944- )
Karl Jenkins (1944- )
  • Ensemble Vocal de Thônes « Cantathônes »
  • Orchestre Symphonique des Alpes
  • Direction Martial Renard

Avec :
- Alexandre Renard, soprano enfant
- Sophie Marchand, soprano
- Jean-François Lagrost, shakuhachi
- Marie Lachat, harpe

Les photos

« Vocales » 2010

Prochains rendez-vous

la section depliable

La section 'flex'