Angel Girones chante Brassens
Centre de Pratique Musicale de Thônes
Navigation
 ▶ Archives / Presse  ▶ « Vocales » & « Saisons  ▶ « Vocales » 2002  ▶ Angel Girones chante (...)
chapeau & descriptif
Corps de l'article

Présentation

Angel Girones

C’est une nuit de janvier 1952, dans un petit cabaret de la Butte Montmartre qu’a pris naissance l’un des souffles les plus puissants, les plus poétiques de l’histoire de la chanson.
En interprétant devant Patachou sa première chanson « La mauvaise réputation », Georges Brassens ne se doutait pas qu’il venait de croiser son destin. Une étoile qui, en quelques chansons, propulserait ce poète obscur, au firmament de la gloire. Si le talent de Georges Brassens fut immédiatement reconnu par la maîtresse des lieux et son petit cénacle, en revanche personne n’aurait pu imaginer la fulgurance de son succès.
Cet homme de 31 ans, bourru, gauche, timide, composant sobrement sur sa guitare des histoires de gendarmes ballots, de gorille lubrique violeur de juges, et des états d’âmes d’un fossoyeur, allait pourtant devenir le maître incontesté et le plus célèbre des poètes chanteurs.

Angel Girones interprète quelques chefs d’œuvre du maître. Sans prétention ni mauvaise réputation, le petit joueur de flûteau ne gonfle pas son « la » mais demeure l’un des plus fidèles en matière d’interprétation. Tendre, ironique, réaliste, il met au service de l’œuvre de Georges toute sa personnalité sans jamais trahir le poète qu’il honore aujourd’hui. L’écouter est aussi spectaculaire que le voir Emmitouflé d’une voix chaude aux accents du midi, il se blottit dans la pénombre d’où jaillit la lumière de Brassens.
On a dit beaucoup de choses sur cet artiste depuis les années 60, où ce garçon du grand sud, d’origine catalane, languedocien de naissance et sétois de cœur, a débuté aux côtés de Jean Ferrat. Le chemin fut long mais les rencontres magiques… Georges Brassens, Léo Ferré, Lény Escudero, Nicole Rieux…

« Vocales » 2002

Prochains rendez-vous

la section depliable

La section 'flex'