Michael Gregorio
Centre de Pratique Musicale de Thônes
Navigation
 ▶ Archives / Presse  ▶ « Vocales » & « Saisons  ▶ « Vocales » 2009  ▶ Michael Gregorio
chapeau & descriptif
Corps de l'article

Présentation

Il est outrageusement jeune (23 ans) et talentueux. Il ne faut pas se fier à sa fine silhouette adolescente et à son timbre juvénile. Doté d’une tessiture de voix peu commune, il se fait une fête de convoquer Mick Jagger, Louis Amstrong ou Jacques Brel et mêle, quand cela lui chante, baryton et soprano.
Michael Gregorio est imitateur, un genre que l’on croyait menacé et qu’il sauve de la disparition et de la ringardise.
Sur des textes gentiment brocardeurs de Laurent Ruquier, il fait entendre les anciens, Hallyday, Polnareff, Piaf et les modernes, Cali, Obispo, Delerm… Il se permet même une version instrumentale : la guitare électrique d’Hendrix.
Son spectacle s’intitule J’aurais voulu être un chanteur. Michael n’a pas de regrets à avoir, il est beaucoup plus que cela.

« Cet imitateur, c’est 30 concerts pour le prix d’un ! »
Laurent Ruquier

DL du 21/05/2009

« Cet imitateur, c’est trente concerts pour le prix d’un »

J .-P. C.

Michael Gregorio présentera son spectacle « J’aurais voulu être un chanteur » à la salle des fêtes de Thônes, le vendredi 22 mai à 20 h 30.
Jeune (23 ans), cet artiste est doté d’un prodigieux talent. Sur scène, il est capable d’inviter et d’imiter Mick Jagger, Louis Armstrong, Jacques Brel, Johnny Halliday, mais aussi Polnareff, Piaf, La Callas, Cali, Obispo ou Christophe Maé. Une polyvalence qui a fait dire à Laurent Ruquier que Michael Gregorio « c’est trente concerts pour le prix d’un ! ». C’est assurément l’un des meilleurs imitateurs de sa génération, et pour de nombreux observateurs, c’est même le meilleur tout simplement.
Accompagné par quatre musiciens (guitare - basse - batterie - piano), il est capable de passer de l’aigu au grave avec une aisance insolente pour des prouesses vocales proches du clonage. Il se permet même une version instrumentale et pas la moindre : la guitare électrique d’Hendrix ! Découvert en 2001 par l’émission « Graines de Star » qu’il a remporté à deux reprises, il a réalisé l’an dernier, la première partie de la tournée européenne de Céline Dion. Servi par des textes de Laurent Ruquier, son spectacle s’intitule « J’aurais voulu être un chanteur », qu’il se rassure : il est beaucoup plus que cela.

DL du 25/05/2009

Michaël Gregorio, l’imitateur inimitable

Gaëlle TAGLIABUE / Le Dauphiné Libéré, 25 mai 2009

Tout commence en trombe, en tornade délurée, Micheal Gregorio attaque son spectacle comme un vrai bon concert de rock.
Dès les premières poussées de voix, le ton est posé. Transformant son instrument vocal en guitare électrique, ou se frottant aux mythes absolus tels Mick Jagger et Joe Cocker, Michael Gregorio fait des prouesses. Puis, tout le show se déroule sur le mode haletant, enchainant les imitations, rebondissant d’un style à un autre avec une énergie électrisante et une légèreté apparente pour le moins déconcertante. Entouré d’une équipée démente de musiciens et porté par une mise en scène savamment pensée, sur fond d’écran géant, de vidéos d’archives et de textes de chansons, tantôt émouvantes, tantôt facétieuses, il déploie la palette de ses possibles, un puits sans fond. Et quand il convoque l’esprit de Jacques Brel, le spectre de cet inégalable interprète semble habiter le corps de Gregorio le temps d’une chanson. Un instant suspendu qui méduse littéralement le public. Le genre même de l’imitation est alors largement transcendé par le talent atypique de celui qui aurait « voulu être chanteur ».
Qu’il s’attaque à la grande tradition classique, aux monstres de la musique ou aux figures émergentes, Michaël Gregorio se fond aussi bien dans la peau de Polnareff que dans celle d’Obispo et peut porter le costume de Louis Armstrong comme celui de Mylène Farmer.
Embarqué en maître de cérémonie d’un karaoké géant, dédiant un « slam à la grande dame » Édith Piaf ou réunissant Ray Charles et Paul Mc Cartney pour un insolite duo virtuel, ce garçon a toutes les voix et tous les visages.
Virtuose de la voix et drôle à souhait, ce zébulon du spectacle bondit allègrement de styles musicaux en disciplines artistiques sans retenue ni complexes. Euphorisant, ahurissant, tout simplement… inimitable.

Les photos

« Vocales » 2009

Prochains rendez-vous

la section depliable

La section 'flex'