Chimène Badi
Centre de Pratique Musicale de Thônes
Navigation
 ▶ Archives / Presse  ▶ « Vocales » & « Saisons  ▶ « Vocales » 2011  ▶ Chimène Badi
chapeau & descriptif
Corps de l'article

Chimène Badi

Chimène Badi

Elle s’appelle Chimène Badi. Elle a vendu plus de 3 millions de disques. Elle était une héroïne d’un conte de fée cathodique. Elle était chez nous tout le temps, partout, matin midi et soir. Elle chantait de sa voix puissante dans le petit corps de toutes les télévisions et radios de France. Puis elle a disparu. On a alors dit qu’elle était fatiguée d’être entendue et pas simplement écoutée. C’est toute l’histoire de la France des malentendus, pays de la douce romance qui n’aime pas forcément les réussites fulgurantes. Chimène Badi s’est éloignée volontairement dans son Sud natal, pour faire le point et reprendre pied avec sa réalité. Elle revient aujourd’hui avec un nouvel album qui lui ressemble.

Adouci et maîtrisé. Elle semble ne plus avoir peur de rien. Elle vous regarde fixement, sans peur d’être jugée. Elle se tient droite, comme si elle avait besoin de vous montrer qu’elle a repris le contrôle sur elle-même. Une renaissance. Cette formule qui fleure bon le cliché n’est finalement rien lorsque Chimène vous raconte, le regard en feu, à quel point son nouvel album est pour elle un recommencement. Elle ose même dire à demi-mots : « C’est comme mon tout premier album… »

DL du 15/05/2011

Elle a fait ses débuts sur le petit écran et sa voix a immédiatement charmé les professionnels autant que le grand public. À partir de là tout s’accélère, l’héroïne cathodique, une fille comme les autres, est dotée d’un talent… pas comme les autres. Sa voix est reconnaissable entre mille, elle vibre de ce petit supplément d’âme qu’il faut pour emporter les foules. Avec plus de trois millions de disques vendus, elle a galvanisé les foules, et pourtant, trop de télés, trop d’interviews, la belle se perd.

Mais elle a l’intelligence de se retirer en silence et aujourd’hui c’est plus complète, plus affirmée et plus entière que jamais que Chimène Badi revient sur le devant de la scène avec un tout nouvel album, un recommencement pour ne pas dire un commencement puisqu’elle le ressent comme son premier vrai album, le premier sur lequel elle ait entièrement prise.

Ce que nous savons c’est que sa voix est puissante, ce que nous pressentions c’est sa capacité à insuffler de l’émotion, ce que nous allons découvrir c’est qui est vraiment Chimène Badi. Pour cet album elle s’est entourée de pointures : Graham Hawthorne, batteur de Paul Simon et de Suzanne Vega, Gail Ann Dorsey, bassiste de David Bowie… Pour ce qui est de l’écriture, Pierre-Dominique Burgaud auteur de la comédie musicale “Le soldat rose” et Olivier Bron, entre autres, lui ont prêté leurs mots auxquels elle a parfois ajouté les siens. La rondeur et le blues de sa voix s’expriment pleinement à travers ces ballades des temps modernes qui content l’histoire d’une jeune femme de son temps, avec ses forces et ses faiblesses, son spleen et son entrain. De la belle chanson française et une artiste sortie des sentiers battus pour trouver sa voie et donner à sa voix la dimension qu’elle mérite.

DL du 18/05/2011

Les Vocales accueillent Chimène Badi ce soir pour un concert exceptionnel

Elle porte le prénom d’une héroïne de théâtre et sa voix est celle des grandes chanteuses : reconnaissable entre toutes, vibrante et émouvante. Ex pop star cathodique, son envolée est fulgurante et c’est propulsée bien haut qu’elle débute sa carrière.

Chimène Badi a vendu plus de trois millions d’albums, et pourtant c’est avec ce 4e album qu’elle présentera ce soir aux Vocales concert complet qu’elle dit renaître, pour ne pas dire naître. Cette fois, celle dont la voix peut pousser loin les décibels, a su prendre son temps et chercher la nuance.

Plus équilibrée, sa voix trouve le fil sur lequel elle peut élégamment déambuler. Plus assumée la chanteuse trouve le cap qu’elle veut se donner. Ce cap c’est chanter, chanter avec sincérité et justesse en incarnant pleinement cette jeune femme bouleversée et bouleversante qu’elle est.

Les bleus sont dans son cœur, le blues dans sa voix et après trois années de travail sur cet album « Laisse les dire », Chimène Badi sait que, comme la plupart des filles de son temps, elle aura « plus de devoirs que de droits » et que son premier devoir sera de faire en sorte que la chanteuse reste toujours en phase avec la femme, en équilibre.

Une artiste à la voix d’or, joliment éraillée qui devrait ce soir emporter le public dans son univers, entre force et mélancolie, folle énergie et subtil vague à l’âme, ambiances bluezzy et ballades lascives.
Gaëlle TAGLIABUE

DL du 18/05/2011

« Entre-nous » était réellement le thème qu’a souhaité transmettre la jeune chanteuse Chimène Badi au public des Vocales dans la salle des fêtes pleine à craquer. Ex-popstar du petit écran, c’est une artiste de grand talent qui a enchanté toutes les générations présentes avec, outre une voix hors du commun, des textes d’une grande sensibilité où pointent ses origines « Je viens du sud » qu’elle assume parfaitement. Quelques titres plus intimistes ont également fait son succès, « Dis-moi que tu m’aimes », « Laisse-les dire » ou encore « Pourquoi le monde a peur » ont réussi à créer l’osmose avec l’artiste qui ne demandait que cela. Et c’est dans une ambiance allant crescendo que s’est poursuivi le concert où Chimène Badi a interprété de nombreux titres de son répertoire très riche, y compris celui de son premier album « Entre-nous » qui l’a rendu célèbre « Si j’avais su t’aimer ». Accompagné de ses musiciens à la tonalité peut-être un peu trop puissante, écrasant souvent les textes subtils de l’artiste, Chimène Badi a proposé un concert exceptionnel au public des Vocales qui a vu en elle une autre face de sa carrière fulgurante avec trois millions de disques vendus. Les nombreux rappels du public ont conforté le choix du directeur artistique Martial Renard, lors de la programmation faite bien longtemps à l’avance.

Jean-Paul CHAVAS

« Vocales » 2011

Prochains rendez-vous

la section depliable

La section 'flex'